La sécurité affective et l’autonomie de l’enfant

Le projet éducatif de La Maison Bleue est essentiellement centré sur la sécurité affective de l’enfant et son besoin de repères, mais aussi sur l’autonomie de l’enfant créatif et progressivement responsable de ses actes.

 

> La sécurité affective

Tout nourrisson a besoin d’être entouré, physiquement mais aussi psychiquement, c’est la sécurité affective.

Pour cela, il est indispensable de construire des :

  • Repères visuels (photos des enfants, des professionnels, des jouets et de leurs emplacements)

  • Repères temporels (fiches de rythmes, déroulement précis et stable, planning fixe des équipes, tours de rôles, rituels)

  • Repères de personnes (limite du nombre d’adultes intervenants, engagement des professionnelles qui garantissent d’« assurer la permanence des soins maternels, de porter plusieurs enfants dans leur tête et dans leur cœur, et de nouer avec chacun la relation individuelle permettant qu’il ne soit pas psychiquement seul ».

C’est de l’ensemble de cette prise en charge que découle la sécurité affective de l’enfant favorisant son désir d’autonomie et la construction d’un « moi fort ».

« Des soins maternels satisfaisants, il découle l’édification chez l’enfant d’un sentiment de continuité d’être, base de la force du moi ; alors que chaque carence des soins aboutit à une interruption de ce sentiment de continuité d’être. » La fonction des soins maternels selon D.W. Winnicott.

 

> L’autonomie de l’enfant et la motricité libre

« Favoriser l’autonomie de l’enfant va lui permettre - tout en étant acteur de son développement - de le faire devenir un sujet à part entière et de le rendre responsable de ses actes. Aide-moi à faire seul. » , Maria Montessori 

Ce slogan s’inspire de plusieurs caractéristiques de la pédagogie Montessorienne :

  • Les enfants évoluent librement dans « un environnement stimulant et préparé » qui répond à leurs besoins en respectant leurs étapes de développement.

  • L’enfant édifie lui-même sa personnalité et développe ses facultés motrices et intellectuelles.

  • La professionnelle doit avoir confiance dans les forces de l’enfant, elle accompagne l’enfant mais ne fait jamais à sa place.

La motricité libre, c’est laisser libre cours à tous les mouvements spontanés de l’enfant en favorisant un environnement sécurisé et adapté à ses besoins où il pourra réaliser ses expériences.

Ce concept a été développé par la pédiatre Emmi Pikler, responsable de la pouponnière de Loczy. Ainsi, le jeu en libre accès est largement favorisé pour stimuler la créativité et les apprentissages de l’enfant.

 

« L’enfant ne joue pas pour apprendre, il apprend parce qu’il joue. », J. Epstein

 

 

Partager :

Trouver une crèche
près de chez vous